Produire un discours sur soi : le cas de Claude

Médiapart a publié, hier 15 décembre, un article très intéressant de Christian Salmon intitulé « Gilets jaunes : les fantassins du discrédit ». Il témoigne des difficultés des journalistes, analystes, intellectuels, pour labelliser le mouvement des Gilets Jaunes, car ceux-ci refusent la logique narrative néolibérale, discréditée depuis le crise de 2008, sans pour autant produire leur propre récit : en face, on ne sait donc ni dans quel cadre les inscrire, ni comment les présenter d’une manière qui correspondrait à la façon dont ils se pensent eux-mêmes, puisqu’ils ne produisent pas de discours à ce sujet, et le récit promu par le gouvernement ne met en relief que sa propre difficulté, aussi, à saisir exactement ce mouvement.

Cette question de production de récit sur un individu / mouvement me rappelle ce qui se passe dans mon corpus historiographique ou plutôt ce qu’on parvient à y percevoir des conflits antérieurs sur la construction d’un récit définitoire sur le long terme. Le règne de Claude en est un très bon exemple et il serait intéressant de voir quel est le discours tenu par l’exposition qui a lieu en ce moment au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Les quelques lignes qui la présentent sur leur site résument assez bien la dichotomie des récits tenus à son sujet : d’un côté, les auteurs antiques, qui en font un idiot influençable incapable de quoi que ce soit ; de l’autre, les chercheurs, qui réhabilitent depuis un moment son comportement. Pour l’Antiquité, c’est même un peu plus compliqué que ça, d’où mon esprit d’escalier à partir de l’article de Médiapart. Continuer la lecture de Produire un discours sur soi : le cas de Claude

L’évaluation de leurs sources par Tacite et Suétone

Si vous avez lu les billets de la catégorie « Procédés historiographiques », vous pourriez penser que mes deux historiens ne voient dans leur matériau qu’une base à des récits littéraire, sans prendre du tout en compte l’évaluation de leurs sources : ils sélectionnent en fonction de ce qui les intéresse narrativement et c’est tout. C’est exactement ça, mais ce n’est pas complètement ça non plus : il y a quand même aussi une sélection qui se fait préalablement sur le degré de solidité qu’ils accordent à une version. Dès lors, comment font-ils ? Ils n’ont en effet pas les mêmes moyens que les historiens actuels, ni ne travaillent dans les mêmes conditions. Continuer la lecture de L’évaluation de leurs sources par Tacite et Suétone

Barthes, l’effet de réel et les détails dans l’historiographie romaine

Nous l’avons un peu vu avec la mort de Claude et la façon dont Tacite l’a relatée, la façon dont procède l’historiographie romaine est assez différente de la pratique actuelle. L’historien romain n’hésite pas à fusionner plusieurs versions, sans le signaler, ni justifier ce choix. Ce faisant, il fait passer l’impératif historique (faire savoir qu’il n’y a pas d’accord sur ce qui s’est réellement passé, ce que fait Suétone) derrière l’impératif narratif (ne pas rompre le cours de son récit par des considérations liées aux sources). Son but premier n’est dès lors pas de rapporter, autant que possible, la vérité historique, mais de persuader son lecteur que, même au moment de son agonie, Claude a été trahi et manipulé par les personnes qui lui étaient le plus proches.

Ce dessein de persuasion du lecteur par la narration, qui l’emporte sur ce qui, pour nous, relève d’impératifs méthodologiques basiques du métier d’historien, est également visible dans les détails qui parsèment le récit de certains événements. Celui du grand incendie de Rome en 64 de notre ère, sous Néron, en est un bon exemple. Continuer la lecture de Barthes, l’effet de réel et les détails dans l’historiographie romaine

D’un personnage historique à un stéréotype

À présent, un billet sur mes réflexions actuelles, donc.

Un des chapitres de ma thèse étudie le portrait général de chaque empereur de mon corpus, i.e. Tibère, Claude, Néron, Galba, Othon et Vitellius, tels qu’ils apparaissent chez mes deux auteurs, Tacite et Suétone. Je me suis ainsi assez vite rendue compte que la référence à Néron était très présente pour les trois derniers, ce qui n’est pas étonnant, car ils lui ont succédé immédiatement, ne régnant chacun que quelques mois. Bien plus, les deux derniers faisaient partie de sa cour, Othon étant même l’un de ses meilleurs amis, jusqu’à ce que l’empereur lui prenne sa femme, la fameuse Poppée, et l’exile sous couvert d’un poste en Lusitanie (l’actuel Portugal).

Historiquement, ce que ces trois Princes des années 68-69 montrent, c’est, entre autres, la profondeur du changement, dans les pratiques et les mentalités, qu’avait provoqué le règne de Néron. Galba est mort de ne pas l’avoir compris ; Othon et Vitellius ont tous les deux tenté de s’en approprier l’héritage, le premier plus discrètement que le second.

Historiographiquement, Néron « hante » le récit de ces trois règnes, mais pas uniquement comme référence historique. C’est ce dont témoigne, à mon avis, un passage de la Vie de Vitellius de Suétone. Continuer la lecture de D’un personnage historique à un stéréotype