Le discours de légitimation des Flaviens dans les Vies de Vespasien et Titus

Pendant les recherches que j’ai menées pour ma thèse, je n’ai pas inclus dans mon corpus les trois biographies des empereurs flaviens (Vespasien et ses deux fils, Titus et Domitien), parce que les Histoires de Tacite s’arrêtent au tout début de leur dynastie (alors qu’on sait qu’il était allé jusqu’à la mort de Domitien). L’avantage, c’est que mon brainstorming sur les Julio-Claudiens me permet maintenant de voir de nouveaux aspects dans les récits qui concernent les Flaviens, en particulier la façon dont ils ont essayé de légitimer leur arrivée au pouvoir.

Quand j’ai commencé à m’intéresser à la façon dont les stratégies de légitimation familiale apparaissaient dans mon corpus, les Flaviens me paraissaient moins soucieux de se rattacher à la figure d’Auguste et assumer plutôt bien leurs origines modestes. C’était assez futé : ne pas chercher à cacher ce que tout le monde savait déjà. En réalité, c’est (évidemment) un peu plus complexe que ça.

Continuer la lecture de Le discours de légitimation des Flaviens dans les Vies de Vespasien et Titus

Produire un discours sur soi : le cas de Claude

Médiapart a publié, hier 15 décembre, un article très intéressant de Christian Salmon intitulé « Gilets jaunes : les fantassins du discrédit ». Il témoigne des difficultés des journalistes, analystes, intellectuels, pour labelliser le mouvement des Gilets Jaunes, car ceux-ci refusent la logique narrative néolibérale, discréditée depuis le crise de 2008, sans pour autant produire leur propre récit : en face, on ne sait donc ni dans quel cadre les inscrire, ni comment les présenter d’une manière qui correspondrait à la façon dont ils se pensent eux-mêmes, puisqu’ils ne produisent pas de discours à ce sujet, et le récit promu par le gouvernement ne met en relief que sa propre difficulté, aussi, à saisir exactement ce mouvement.

Cette question de production de récit sur un individu / mouvement me rappelle ce qui se passe dans mon corpus historiographique ou plutôt ce qu’on parvient à y percevoir des conflits antérieurs sur la construction d’un récit définitoire sur le long terme. Le règne de Claude en est un très bon exemple et il serait intéressant de voir quel est le discours tenu par l’exposition qui a lieu en ce moment au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Les quelques lignes qui la présentent sur leur site résument assez bien la dichotomie des récits tenus à son sujet : d’un côté, les auteurs antiques, qui en font un idiot influençable incapable de quoi que ce soit ; de l’autre, les chercheurs, qui réhabilitent depuis un moment son comportement. Pour l’Antiquité, c’est même un peu plus compliqué que ça, d’où mon esprit d’escalier à partir de l’article de Médiapart. Continuer la lecture de Produire un discours sur soi : le cas de Claude

Une version ? Deux versions ? Le cas de la mort de Claude

Les différents récits de la mort de Claude sont de parfaits exemples de la différence de conception de l’écriture de l’histoire entre Rome et la période actuelle. Ils montrent aussi très bien comment les préjugés que nous avons, tant sur les auteurs antiques que sur la façon dont l’histoire doit être écrite, peuvent nous amener sinon à des erreurs, du moins à une compréhension erronée des textes que nous avons sous les yeux. Continuer la lecture de Une version ? Deux versions ? Le cas de la mort de Claude