Archives par mot-clé : zone grise

Question de vocabulaire

La question du vocabulaire à utiliser pour désigner différents éléments de mon corpus a été une interrogation récurrente pendant mes quatre années de thèse. Elle a même ressurgi le jour de ma soutenance, sous divers aspects. Les membres de mon jury ont reconnu, par exemple, que j’avais réussi à ne pas jargonner, mais m’ont aussi reproché un trop grand recours à des néologismes. Étant en train de corriger mon texte, je dois reconnaître qu’il y en a effectivement beaucoup plus que je le pensais. On m’a aussi demandé si on pouvait vraiment parler d’écrivain à propos de Suétone (à mon avis, oui, sans aucun doute) et de lecteurs (ce qui, je le reconnais, est plus une facilité d’écriture, étant donné le contexte historique de diffusion des oeuvres).

Étrangement, ce n’était pas vraiment ce qui m’avait posé problème pendant la rédaction. J’ai effectivement tenté autant que possible d’éviter le jargon, et les néologismes que j’ai consciemment utilisés l’ont été parce que je ne réussissais pas à trouver des mots existants exprimant exactement ce que je voulais dire. En vérité, c’est surtout l’utilisation de termes liés au domaine de la fiction qui m’a principalement gênée. Continuer la lecture de Question de vocabulaire

Le « paradoxe » cicéronien

Avant de parler de mes recherches en elles-mêmes, il me paraît intéressant de d’abord présenter la façon dont les Romains envisageaient l’histoire. En effet, aborder l’historiographie romaine comme l’historiographie actuelle, c’est-à-dire en termes de recherche de documents et témoignages, tentative de reconstitution aussi proche que possible de la vérité historique ou encore questionnements globaux sur la politique, l’économie, la sphère privée, etc., conduit à se fourvoyer grandement. La conception romaine est très différente de la nôtre, même si cela ne signifie pas que certaines de ses pratiques ne peuvent pas s’en approcher.

Les règles de l’écriture de l’histoire selon Cicéron

Le meilleur exemple de cela est le cas très connu de Cicéron. Continuer la lecture de Le « paradoxe » cicéronien