Choix d’édition et interprétation d’un texte

Lorsqu’on ne travaille pas en littérature antique (et, hélas, parfois aussi quand on travaille dans ce domaine), on a tendance à oublier ou ignorer que les textes latins et grecs ne nous sont pas parvenus sous leur forme originale. Nous n’avons pas d’original de Platon, Virgile ou Tacite, mais des copies des textes de Platon, Virgile et Tacite. Elles sont bien postérieures à l’époque où ces oeuvres ont été écrites et comportent parfois aussi des variations notables, des corrections, des commentaires, des erreurs, etc. Avant de publier une édition de ces auteurs, il faut donc confronter les manuscrits entre eux, pour essayer de remonter le plus près possible du le texte de départ et le reconstituer au mieux.

Le résultat de ce travail, c’est l’apparat critique, c’est-à-dire des notes, en bas de page des éditions scientifiques, où sont répertoriées toutes les variantes de tous les manuscrits consultés, mais aussi des conjectures des différents éditeurs lorsque le texte ne veut rien dire ou que, pour une raison ou pour une autre, il n’est pas ou peu lisible. Au moindre questionnement sur le texte qu’on est en train de lire, on peut donc aller vérifier s’il s’agit d’un choix de l’éditeur ou non, avec, parfois, de notables changements.

Deux lettres et une virgule de plus et le sens d’un passage change

Je viens d’être confrontée à ce problème dans le cadre de mes recherches pour mon colloque à Rome. Continuer la lecture de Choix d’édition et interprétation d’un texte

Rapide présentation de Suétone

Je me rends compte que je parle de Tacite et Suétone sans les présenter, comme s’ils étaient de vieux compagnons de route pour tout le monde. Or ce n’est bien sûr pas le cas. On me présente souvent comme « Mme Suétone », sans doute parce que je suis une des rares à la fois à travailler sur cet auteur, mais aussi à ne pas froncer le nez en entendant son nom. Comme, effectivement, il n’est souvent pas estimé à sa juste valeur, je ne vais pas faire mentir ma réputation et commencerai par lui, avec un billet sur sa vie et un autre sur son oeuvre. Continuer la lecture de Rapide présentation de Suétone

D’un personnage historique à un stéréotype

À présent, un billet sur mes réflexions actuelles, donc.

Un des chapitres de ma thèse étudie le portrait général de chaque empereur de mon corpus, i.e. Tibère, Claude, Néron, Galba, Othon et Vitellius, tels qu’ils apparaissent chez mes deux auteurs, Tacite et Suétone. Je me suis ainsi assez vite rendue compte que la référence à Néron était très présente pour les trois derniers, ce qui n’est pas étonnant, car ils lui ont succédé immédiatement, ne régnant chacun que quelques mois. Bien plus, les deux derniers faisaient partie de sa cour, Othon étant même l’un de ses meilleurs amis, jusqu’à ce que l’empereur lui prenne sa femme, la fameuse Poppée, et l’exile sous couvert d’un poste en Lusitanie (l’actuel Portugal).

Historiquement, ce que ces trois Princes des années 68-69 montrent, c’est, entre autres, la profondeur du changement, dans les pratiques et les mentalités, qu’avait provoqué le règne de Néron. Galba est mort de ne pas l’avoir compris ; Othon et Vitellius ont tous les deux tenté de s’en approprier l’héritage, le premier plus discrètement que le second.

Historiographiquement, Néron « hante » le récit de ces trois règnes, mais pas uniquement comme référence historique. C’est ce dont témoigne, à mon avis, un passage de la Vie de Vitellius de Suétone. Continuer la lecture de D’un personnage historique à un stéréotype