Archives de catégorie : Conceptions romaines

Barthes, l’effet de réel et les détails dans l’historiographie romaine

Nous l’avons un peu vu avec la mort de Claude et la façon dont Tacite l’a relatée, la façon dont procède l’historiographie romaine est assez différente de la pratique actuelle. L’historien romain n’hésite pas à fusionner plusieurs versions, sans le signaler, ni justifier ce choix. Ce faisant, il fait passer l’impératif historique (faire savoir qu’il n’y a pas d’accord sur ce qui s’est réellement passé, ce que fait Suétone) derrière l’impératif narratif (ne pas rompre le cours de son récit par des considérations liées aux sources). Son but premier n’est dès lors pas de rapporter, autant que possible, la vérité historique, mais de persuader son lecteur que, même au moment de son agonie, Claude a été trahi et manipulé par les personnes qui lui étaient le plus proches.

Ce dessein de persuasion du lecteur par la narration, qui l’emporte sur ce qui, pour nous, relève d’impératifs méthodologiques basiques du métier d’historien, est également visible dans les détails qui parsèment le récit de certains événements. Celui du grand incendie de Rome en 64 de notre ère, sous Néron, en est un bon exemple. Continuer la lecture de Barthes, l’effet de réel et les détails dans l’historiographie romaine

Une version ? Deux versions ? Le cas de la mort de Claude

Les différents récits de la mort de Claude sont de parfaits exemples de la différence de conception de l’écriture de l’histoire entre Rome et la période actuelle. Ils montrent aussi très bien comment les préjugés que nous avons, tant sur les auteurs antiques que sur la façon dont l’histoire doit être écrite, peuvent nous amener sinon à des erreurs, du moins à une compréhension erronée des textes que nous avons sous les yeux. Continuer la lecture de Une version ? Deux versions ? Le cas de la mort de Claude

Le « paradoxe » cicéronien

Avant de parler de mes recherches en elles-mêmes, il me paraît intéressant de d’abord présenter la façon dont les Romains envisageaient l’histoire. En effet, aborder l’historiographie romaine comme l’historiographie actuelle, c’est-à-dire en termes de recherche de documents et témoignages, tentative de reconstitution aussi proche que possible de la vérité historique ou encore questionnements globaux sur la politique, l’économie, la sphère privée, etc., conduit à se fourvoyer grandement. La conception romaine est très différente de la nôtre, même si cela ne signifie pas que certaines de ses pratiques ne peuvent pas s’en approcher.

Les règles de l’écriture de l’histoire selon Cicéron

Le meilleur exemple de cela est le cas très connu de Cicéron. Continuer la lecture de Le « paradoxe » cicéronien