Choix d’édition et interprétation d’un texte

Lorsqu’on ne travaille pas en littérature antique (et, hélas, parfois aussi quand on travaille dans ce domaine), on a tendance à oublier ou ignorer que les textes latins et grecs ne nous sont pas parvenus sous leur forme originale. Nous n’avons pas d’original de Platon, Virgile ou Tacite, mais des copies des textes de Platon, Virgile et Tacite. Elles sont bien postérieures à l’époque où ces oeuvres ont été écrites et comportent parfois aussi des variations notables, des corrections, des commentaires, des erreurs, etc. Avant de publier une édition de ces auteurs, il faut donc confronter les manuscrits entre eux, pour essayer de remonter le plus près possible du le texte de départ et le reconstituer au mieux.

Le résultat de ce travail, c’est l’apparat critique, c’est-à-dire des notes, en bas de page des éditions scientifiques, où sont répertoriées toutes les variantes de tous les manuscrits consultés, mais aussi des conjectures des différents éditeurs lorsque le texte ne veut rien dire ou que, pour une raison ou pour une autre, il n’est pas ou peu lisible. Au moindre questionnement sur le texte qu’on est en train de lire, on peut donc aller vérifier s’il s’agit d’un choix de l’éditeur ou non, avec, parfois, de notables changements.

Deux lettres et une virgule de plus et le sens d’un passage change

Je viens d’être confrontée à ce problème dans le cadre de mes recherches pour mon colloque à Rome. Un passage de l’Historia naturalis de Pline l’Ancien, un officier érudit et naturaliste (il est mort en 79, pendant l’éruption du Vésuve qui engloutit Pompéi et Herculanum, en s’approchant pour l’observer et porter secours aux populations sur place), utilise la figure d’Auguste comme exemple philosophique de personnage considéré comme particulièrement chanceux, alors qu’il a subi de très nombreux coups du sort (cf. NH VII 147-150. N’étant pas une habituée de cet auteur, j’ai eu du mal à traduire l’extrait qui m’intéressait. En particulier, je ne comprenais pas certaines allusions elliptiques à des épisodes particuliers de la vie de cet empereur.

Je suis donc allée consulter l’édition de la CUF, qui est la référence pour l’édition française des textes antiques. Je me suis alors rendue compte de différences par rapport au texte que j’avais. Celui-ci présentait tout d’abord en plus la préposition ob, dans le passage sur la haine qu’Octave s’était attirée pendant son association à Lépide et Marc Antoine dans le second triumvirat. Un peu plus loin, il ne comportait pas de virgule dans le passage sur le recours à des esclaves dans un cadre militaire (la ponctuation n’existait pas dans l’Antiquité ; c’est toujours un ajout des éditeurs pour faciliter la lecture).

Concrètement mon texte avait :

  • proscriptionis inuidia ob collegium in triumuiratu pessimorum ciuium, « (il subit) la haine liée aux proscriptions, à cause de son association dans un triumvirat avec les pires citoyens »
  • seruitiorum dilectus iuuentutis penuria (ablatif), « (il dut affronter) un recrutement d’esclaves à cause d’un manque de jeunes citoyens »

alors que le texte de l’édition Budé donnait :

  • procriptionis inuidia, collegium in triumuiratu pessimorum ciuium, « (il subit) la haine liée aux proscriptions, une association dans un triumvirat avec les pires citoyens »
  • seruitiorum dilectus, iuuentutis penuria (nominatif), « (il dut affronter) un recrutement d’esclave, un manque de jeunes citoyens ».

Après consultation d’à peu près toutes les éditions étrangères à disposition à la bibliothèque, il s’est avéré que l’ajout de la préposition ob et d’une virgule après dilectum sont en fait des choix éditoriaux de l’éditeur allemand K. Mayhoff, pour la célèbre édition Teubner. Les manuscrits ne comportent rien de tout cela. Les deux éditions italienne et espagnole que j’avais suivaient sa correction ; l’édition Oxford, en revanche, se rangeait du côté de la Budé, réalisée par R. Schilling.

De la difficulté de prendre une décision, tout en restant honnête scientifiquement

La seconde divergence n’est pas très importante : le texte que j’avais liait le recrutement d’esclaves (cas extrêmement rare dans l’histoire romaine) à une pénurie de jeunes citoyens ; l’ajout d’une virgule entre les deux textes, dans la Budé, les sépare (d’un côté le recrutement, de l’autre côté la pénurie) tout en restituant le mouvement du texte (énumération à base de nominatif + génitif), le sens liant naturellement les deux groupes (c’est bien sûr parce qu’il n’y avait pas assez de jeunes à enrôler dans l’armée qu’on dut faire appel à des esclaves).

La première, en revanche, pose problème du point de vue qui m’intéresse. Dans ce texte, Pline a en effet tendance à minimiser les exemples de cruauté dont Octave a fait preuve à la fin de la République pour prendre le pouvoir. Il s’inscrit ainsi dans un mouvement plus général d’idéalisation d’Auguste, pour faire de lui uniquement un stéréotype de l’excellent empereur (c’est sur ce sujet que portera ma communication).

Or, écrire inuidia ob collegium revient à expliquer l’implication d’Octave dans les proscriptions (dont le principe était : on dresse un liste de noms de personnes à tuer et celui qui se charge de l’exécution, quel qu’il soit, récupère leurs biens) par son association à Lépide et Marc Antoine : en d’autres termes, ce n’est pas lui, ce sont les deux autres qui ont pris cette décision et la haine qu’on en a conçue contre lui était injuste. Cette édition-là appuie donc mon propos. À l’inverse, écrire inuidia, collegium met les deux sur le même plan et rend Octave tout autant responsable des proscriptions que Lépide et Antoine.

Dans la partie de son introduction qui explique comment il a établi son texte, R. Schilling fait valoir que K. Mayhoff n’a pas consulté tous les manuscrits, contrairement à lui, alors que certains de ceux qu’il avait ignorés étaient d’une grande importance pour l’établissement du texte. Trouvant sa démonstration préliminaire convainquante, j’ai donc décidé de ne pas choisir la facilité et de me rallier à l’édition Budé, d’autant que je n’ai pas besoin qu’un ob soit ajouté dans ce passage pour appuyer ma démonstration : un peu plus loin, Pline déclare qu’Octave n’avait pas la même part de pouvoir que les deux autres et que c’était en fait Antoine qui était le plus puissant des trois ; cela revient aussi à « excuser » le futur Auguste des événements tardo-républicains.

Il n’en demeure pas moins qu’à deux lettres et une virgule près, j’aurais pu perdre mon « chaînon manquant » entre Sénèque et Suétone.

(image à la une : buste d’Auguste, Musée du Capitole, Rome)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *