Les « Vies des douze Césars » de Suétone

Maintenant, quelques mots sur les Vies des douze Césars.

Les autres oeuvres de Suétone

Si Suétone est connu comme biographe, c’est en raison d’une perspective tronquée. En effet, seules ses biographies d’empereurs et quelques biographies de grammairiens et rhéteurs nous sont parvenues. Mais un catalogue grec de la fin du IXème siècle, la Souda, nous permet de savoir que son oeuvre était en réalité beaucoup plus étendue et traitait de sujets aussi divers que les coutumes des Romains, les spectacles, le calendrier, etc.

Toutes ces oeuvres ont malheureusement été perdues, même si des auteurs postérieurs y font parfois allusion. Les connaître permet néanmoins de replacer ses ouvrages biographiques dans un contexte plus large d’érudition et d’expliquer sans doute aussi certains développements très précis.

Les Vies des douze Césars

Les Vies des douze Césars sont une série de biographies sur les douze premiers hommes à avoir exercé le pouvoir seuls à Rome. J’ai recours ici à une expression un peu alambiquée, au lieu de dire « les douze premiers empereurs », parce que ce n’est pas tout à fait cela.

Suétone commence en effet avec la figure de Jules César, qui, certe, était imperator, i.e. général en chef des armées, mais pas empereur au sens où nous l’entendons, nous. Suétone n’utilise d’ailleurs pas ce terme-là, mais celui de Caesar, au départ cognomen du célèbre Jules, mais ensuite titre pris par les empereurs ou ceux qui étaient destinés à régner.

Parlant de Caesares, le biographe peut sans aucun problème commencer par le divin Jules et enchaîner sur son fils adoptif, Octave-Auguste, le fondateur du Principat. Il continue avec les Julio-Claudiens (Tibère, Caligula, Claude, Néron) et les trois empereurs éphémères (Galba, Othon, Vitellius), appelés ainsi parce qu’ils n’ont régné chacun que quelques mois, après le suicide de Néron. Enfin, il finit avec les Flaviens (Vespasien, Titus, Domitien). L’oeuvre passe ainsi sans contradiction de la fin de la République aux débuts de l’Empire, jusqu’au moment où celui-ci est si bien installé qu’une nouvelle dynastie, sans aucun lien avec Auguste, peut se mettre en place.

Comme beaucoup d’historiens antiques (pour ne pas dire tous), Suétone s’arrête juste avant d’évoquer la période qui lui est contemporaine, i.e. le début de la dynastie antonine (à partir de 96). On ne sait pas pourquoi, car on a malheureusement perdu la préface des Douze Césars, mais il est fort probable que ce soit pour des raisons politiques : dans l’Antiquité (et pendant longtemps), plus on se rapprochait des événements récents, plus on risquait de déplaire au pouvoir en produisant un récit qui ne soit pas à son goût.

Date de publication des Douze Césars

Or la question de l’influence du pouvoir en place se pose pour les Vies. En effet, grâce à un auteur byzantin du VIème siècle, Jean le Lydien, on sait quelles étaient dédiées à Septicius Clarus, préfet du prétoire d’Hadrien de 119 à 123 (cf. De Magistr. II 6). Cette dédicace est elle aussi assez courante : les oeuvres antiques sont souvent dédiées à des personnages importants, voire aux empereurs eux-mêmes. Cela permet de savoir deux choses : tout d’abord, que le manuscrit n’était pas encore mutilé quand Jean l’a consulté (il nous manque aujourd’hui la préface et les seize premières années de la vie de César) ; ensuite, qu’au moins le premier livre a été publié entre 119 et 123 : la dédicace aurait perdu tout son sens si Septicius n’était pas encore ou n’était plus au faîte de sa puissance.

Mais tous les livres ont-ils été publiés en même temps ou même rédigés en même temps ? Voilà qui est impossible à déterminer. Des correspondances entre les biographies laissent entendre qu’ils ont été écrits suivant l’ordre chronologique, mais la publication est une tout autre question. Ce qu’on remarque, c’est que les biographies sont de plus en plus minces après celles des Julio-Claudiens. Certains chercheurs en ont conclu que la seconde moitié de l’oeuvre avait été écrite après la disgrâce de Suétone : elle l’aurait privé de tout accès aux archives impériales et, dès lors, à tout matériau supplémentaire. D’autres pensent que Suétone s’était spécialisé dans tout ce qui était en lien avec Auguste, ce qui explique pourquoi sa biographie est la plus longue de toutes : c’était donc dans ce domaine qu’il devait montrer toute l’étendue de ses connaissances et non pour les derniers empereurs du Ier siècle.

Originalité de l’organisation formelle des Vies des douze Césars

Ce qui est intéressant avec les Vies des douze Césars, c’est leur forme. Alors que les autres biographies antiques suivent l’ordre chronologique (y compris, parfois, d’une biographie à l’autre, comme Plutarque dans son Galba et son Othon), celles de Suétone commencent chronologiquement, puis passent à une présentation par catégories à partir de la prise de pouvoir : c’est ce que le biographe appelle lui-même une présentation per tempora (« selon l’ordre chronologique ») et per species (« selon des catégories »).

On a souvent appréhendé ce recours aux catégories comme distinguant d’un côté « les vertus publiques » et de l’autre « les vices privés ». En réalité, c’est un peu plus compliqué que cela. Suétone a effectivement tendance à d’abord présenter les décisions publiques, puis à passer à la vie privée du Prince, mais, quand une coupure intervient, il ne s’agit pas tant de séparer vices et vertus que de donner l’impression d’une dégradation dans le temps. Il commence donc par le politique parce que sa première catégorie, après la prise de pouvoir, est celle des mesures initiales du nouveau règne et, à partir d’un certain point, introduit des éléments négatifs.

Le chronologique est donc en réalité le principe organisateur du catégoriel : pour que le lecteur ait une impression de dégradation, il faut qu’il enregistre les nouvelles informations selon une logique de succession dans le temps. Suétone est particulièrement habile à créer cela, en distordant souvent la chronologie ou en généralisant plus ou moins discrètement, avec des imparfaits (« il faisait cela » : impression de répétition) à la place de parfaits (« il a fait cela » : une seule occurrence, bien délimitée dans le temps).

Par ailleurs, il y a aussi du catégoriel dans le chronologique. Le début des Vies est très clairement organisé en thèmes : les ancêtres, les parents, la naissance, l’enfance, etc. De même, lorsque le chronologique reprend après la partie per species, il conserve encore en partie ses caractéristiques : derniers jours, mort, testament, réaction à l’annonce du décès, parfois dernier portrait synthétique avec une description physique.

Originalité du matériau des Vies des douze Césars

Suétone est souvent connu pour être une commère. Il est vrai qu’on apprend, dans son oeuvre, beaucoup de détails qui, pour nous, relèvent de l’intime ou de la chronique scandaleuse : on attribuait à César de très nombreuses conquêtes féminines (avec une liste de noms) ; Auguste avait extrêmement peur de la foudre ; Claude se faisait moquer publiquement de lui par les avocats lorsqu’il rendait la justice ; Néron aurait violé Britannicus quelques jours avant de le faire empoisonner ; Vespasien fut bombardé de croûtons de pains pendant une période de disette.

Pour autant, on est très loin de ce que Public ou Closer peuvent publier, et ce genre d’éléments est souvent le corollaire d’un mépris préalable. De nombreux commentateurs ont en effet si bien assimilé les critères antiques qu’ils reprochent très souvent à Suétone, et sans s’en cacher,… de ne pas être Tacite : en d’autres termes, d’écrire des biographies et d’avoir un style beaucoup moins continu et romanesque que son contemporain. Ce faisant, ils oublient que, précisément, Suétone ne pratique pas le même genre, donc ne s’intéresse pas aux mêmes sujets (sauf ce qui concerne la personne de l’auteur), et qu’il a choisi une forme aux antipodes de celle des Histoires ou des Annales, les deux opera maiora tacitéennes. Cela revient donc à peu près à reprocher à Cicéron de ne pas écrire comme Lucrèce (toute question stylistique mise à part).

Pourtant, l’oeuvre de Suétone a de nombreuses qualités. Nous avons déjà vu que son organisation formelle est plus complexe qu’elle n’y paraît et qu’on y trouve de très nombreuses informations qui ne sont mentionnées nulle part. Un exemple parmi d’autres : l’identification des bustes de Jules César se fonde très souvent sur la description qu’en fait Suétone (et quand on sait que cette description soulève de forts soupçons de physiognomonie, i.e. de tentative d’explication du caractère de quelqu’un par son physique, on se dit que ces identifications ne tiennent peut-être pas à grand chose).

En outre, il a déjà une attitude d’historien au sens moderne du terme : il cite textuellement des documents (notamment la correspondance d’Auguste) ; il se rend sur place pour voir au moins les maisons natales des empereurs ; il a un grand intérêt pour les détails concrets, etc.[1] Là encore, un exemple parmi d’autres : Suétone est le seul auteur à nous parler d’une salle à manger ronde tournante pour la Domus Aurea, la « Maison dorée » de Néron. Pendant longtemps, on a cru qu’il s’agissait d’une pure invention… jusqu’à ce que des archéologues français découvrent une salle de ce type sur le Palatin.

Alors, certes, Suétone n’est pas Tacite : vous n’aurez pas l’impression de lire un roman en vous plongeant dans les Vies des douze Césars, ne serait-ce que parce que sa forme s’y oppose. Mais on y apprend beaucoup, aussi bien historiquement que narrativement. Historiographiquement, c’est une mine, parce que, contrairement à son collègue, il ne synthétise pas divers éléments pour en faire sa propre version : il donne tout ce qu’il a pu trouver, ce qui permet de reconstituer les différentes perspectives adoptées avant lui. Mais cette question mériterait un billet à elle seule, donc je la réserve pour plus tard.

[1] Sur ce sujet, cf. J. Gascou, Suétone historien, BEFAR 255, Paris-Rome, 1984.

(image à la une : vue d’une cour intérieure de la Domus Augustana, sur le Palatin, à Rome)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *