Rapide présentation de Suétone

Je me rends compte que je parle de Tacite et Suétone sans les présenter, comme s’ils étaient de vieux compagnons de route pour tout le monde. Or ce n’est bien sûr pas le cas. On me présente souvent comme « Mme Suétone », sans doute parce que je suis une des rares à la fois à travailler sur cet auteur, mais aussi à ne pas froncer le nez en entendant son nom. Comme, effectivement, il n’est souvent pas estimé à sa juste valeur, je ne vais pas faire mentir ma réputation et commencerai par lui, avec un billet sur sa vie et un autre sur son oeuvre.

Suétone est un auteur qui a eu beaucoup de succès, dans l’Antiquité comme dans les périodes successives, car il a été beaucoup cité et recopié. Le résultat de ce succès, c’est qu’on a paradoxalement perdu 80 à 90% de ce qu’il a écrit, mais que son oeuvre majeure, les Vies des douze Césars, nous est parvenue en assez bon état : il ne nous en manque que le début. C’est à la fois très peu, mais aussi très gênant, parce que nous n’avons donc pas sa préface, qui présentait les objectifs et les intentions de l’auteur.

La vie de Suétone en lui-même est également assez mal connue, ce qui est un peu étrange pour quelqu’un qui a eu un tel succès. Certes, il n’est pas Virgile, mais quand même. Ce billet pourrait donc s’intituler « Comment avoir des informations sur un auteur antique, lorsque ni lui ni un autre n’ont écrit l’histoire de sa vie » (cas très courant pour la littérature antique).

Jeunesse et famille

Dans un passage de la Vie de Domitien, l’empereur qui régna de 81 à 96, Suétone se présente comme adulescentulus, i.e. « tout jeune adolescent », au moment de l’entrée en vigueur d’une nouvelle taxe s’appliquant aux juifs (cf. Suet., Dom. 12.6). Cela permet de dater sa naissance vers 70, ce que pourrait confirmer son cognomen, « Tranquillus », « le tranquille », qui renvoie a priori plutôt à une période de retour au calme.On peut deviner, par d’autres allusions, la position sociale de sa famille : son grand-père fréquentait les cercles proches de l’empereur Caligula (27-31 après J.C.) (cf. Suet., Cal. 19.3) ; son père était tribun angusticlave dans l’armée d’Othon, un des empereurs de l’année 69 (cf. Suet., Otho 10.1). Il s’agit donc d’une famille de chevaliers, pas de sénateurs, originaire de Rome ou d’une ville tout près.Cette origine équestre a été parfois invoquée pour affirmer que Suétone avait une vision particulière des empereurs et de l’écriture de l’histoire, par opposition à celle, dominante, des sénateurs[2]. Il a cependant bien été montré que ses conceptions sociales reprennent tout à fait celles de la classe dominante[3].

Carrière

On connaît quelques bribes de la carrière de Suétone grâce à la correspondance d’un autre auteur, Pline le Jeune, qui lui a adressé quatre lettres. On voit ainsi celui-ci tenter de le réconforter à la suite d’un mauvais présage précédant un des premières plaidoiries du futur biographe (cf. Plin., Ep. I 18), tenter de lui avoir un poste militaire (III 8), l’inciter à publier (V 10), discuter lecture (IX 34) ; une cinquième lettre le recommande à l’empereur Trajan (98-117) (X 94). Ces lettres dépeignent donc un Suétone hésitant dans ses choix de carrière et commençant à écrire.Une inscription découverte en 1953 (AE 1953, 73) à Hippone, en Algérie (aujourd’hui Annaba) permet d’en savoir plus sur le parcours professionnel de Suétone : celui-ci a été secrétaire ab epistulis (chargé de la correspondance impériale), a bibliothecis (chargé des bibliothèques) et a studiis (sans doute chargé d’effectuer des recherches pour le compte de l’empereur). Il était donc haut fonctionnaire impérial, ce qui lui permettait d’avoir accès aux archives d’État.

Fin de vie

Un passage de la Vie d’Hadrien (HA, Hadr. 11.3), dans le recueil de biographies impériales intitulé L’Histoire Auguste, fait savoir que Suétone perdit, en 123, son poste de secrétaire a studiis, en même temps que celui qui devait être son protecteur à l’époque, le préfet de la Ville Septicius Clarus, auquel les Vies des douze Césars étaient dédiées. Les raisons qui y sont données de ce renvoi sont assez futiles (ils se seraient montrés trop familiers avec Sabine, la femme d’Hadrien) et peu crédibles. Certains voient là un signe de désaccord politique[4], d’autres une banale procédure de remplacement du personnel impérial[5].Ce qui est sûr, c’est que Suétone disparaît alors totalement des radars. Il devait avoir à ce moment-là dans les 55 ans et on ne sait ni ce qu’il a fait ensuite, ni quand il est mort. De même, on ne sait pas pourquoi l’inscription honorifique retraçant sa carrière a été retrouvée à Hippone, alors qu’il ne semble avoir aucun lien avec cette ville. Cette disparition est cependant assez commune avec mes auteurs, comme vous le verrez lorsque j’aborderai le cas de Tacite.

[1] L’autre possibilité est qu’il provienne d’une tradition familiale, car le cognomen de son père est « Laetus », i.e. « le joyeux ».

[2] Cf. Fr. Della Corte, Suetonio. Eques Romanus, Florence, 19672 et E. Cizek, Structures et idéologie dans les Vies des douze Césars de Suétone, Paris-Bucarest, 1977. Pour E. Cizek, le but des Douze Césars est même de faire la promotion des empereurs ayant accordé des postes à responsabilité aux chevaliers.

[3] Cf. A. Wallace-Hadrill, Suetonius, the Scholar and his Caesars, Londres, 1983.

[4] C’est notamment la thèse d’E. Cizek, qui pense qu’Hadrien n’aurait pas supporté leurs menées « pro-classe équestre ».

[5] Ce qui est la thèse d’A. Wallace-Hadrill.

(image à la une : « Nuremberg chronicles f 111r 1 » by Michel Wolgemut, Wilhelm Pleydenwurff (Text: Hartmann Schedel) – Own work (scan from original book). Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons )


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *