D’un personnage historique à un stéréotype

À présent, un billet sur mes réflexions actuelles, donc.

Un des chapitres de ma thèse étudie le portrait général de chaque empereur de mon corpus, i.e. Tibère, Claude, Néron, Galba, Othon et Vitellius, tels qu’ils apparaissent chez mes deux auteurs, Tacite et Suétone. Je me suis ainsi assez vite rendue compte que la référence à Néron était très présente pour les trois derniers, ce qui n’est pas étonnant, car ils lui ont succédé immédiatement, ne régnant chacun que quelques mois. Bien plus, les deux derniers faisaient partie de sa cour, Othon étant même l’un de ses meilleurs amis, jusqu’à ce que l’empereur lui prenne sa femme, la fameuse Poppée, et l’exile sous couvert d’un poste en Lusitanie (l’actuel Portugal).

Historiquement, ce que ces trois Princes des années 68-69 montrent, c’est, entre autres, la profondeur du changement, dans les pratiques et les mentalités, qu’avait provoqué le règne de Néron. Galba est mort de ne pas l’avoir compris ; Othon et Vitellius ont tous les deux tenté de s’en approprier l’héritage, le premier plus discrètement que le second.

Historiographiquement, Néron « hante » le récit de ces trois règnes, mais pas uniquement comme référence historique. C’est ce dont témoigne, à mon avis, un passage de la Vie de Vitellius de Suétone.

L’épisode l’incendie du Capitole en 69 selon Tacite

Nous sommes à la fin du règne de cet empereur. Les partisans de Vespasien ont battu ses armées dans le nord de l’Italie et s’avancent vers Rome, où Vitellius est resté. La situation devenant désespérée, celui-ci essaie de négocier une abdication avec Sabinus, le frère aîné de Vespasien, qui était préfet de la Ville. Les flaviens de Rome décident alors de faire une sortie armée, pour prendre le pouvoir dans la capitale, mais ils tombent immédiatement sur un troupe de soldats vitelliens bien armés et entraînés. Ceux-ci les obligent à se retrancher sur le Capitole, une des plus importantes collines de la ville, notamment parce que c’est là que se trouve le grand temple de Jupiter Optimus Maximus. Lorsque l’assaut est donné, un incendie éclate et détruit une grande partie des bâtiments de la colline.

Le récit de cette catastrophe par Tacite est neutre et pondéré :

Improuisa utraque uis ; propior atque acrior per asylum ingruebat. Nec sisti poterant scandentes per coniuncta aedificia, quae ut in multa pace in altum edita solum Capitolii aequabant. Hic ambigitur, ignem tectis obpugnatores iniecerint an obsessi, quae crebrior fama, nitentes ac progressos depulerint. Inde lapsus ignis in porticus adpositas aedibus ; mox sustinentes fastigium aquilae uetere ligno traxerunt flammam alueruntque. Sic Capitolium, clausis foribus, indefensum et indireptum conflagrauit. (Tac., Hist. III 71.3-4)

L’assaut était improvisé des deux côtés ; il attaquait en se rapprochant davantage et avec plus d’âpreté à travers l’asylum[1]. Et ceux qui montaient ne pouvaient être arrêtés, car ils passaient par des bâtiments qui se touchaient et qui, étant donné qu’ils avaient été élevés en l’air en pleine paix, atteignaient la hauteur du sol du Capitole. Ici, on ne sait pas bien si ce furent les assaillants qui mirent le feu aux toits ou les assiégés – version plus fréquente – qui les repoussèrent dans leurs efforts pour progresser. Après cela, le feu tomba sur les portiques construits contre les temples ; bientôt, les aigles en bois ancien qui soutenaient  le faîte conduisirent et alimentèrent les flammes. C’est ainsi que le Capitole fut consumé par le feu, portes closes, sans être défendu, ni pillé.

Tacite ne prend pas parti quant à la responsabilité de l’incendie : il signale qu’on hésite (ambigitur), donne les deux responsabilités possibles (obpugnatores… an obsessi) et fait seulement remarquer que l’incrimination des flaviens est la plus fréquente (quae fama crebrior).

L’incendie du Capitole en 69 selon Suétone

Suétone, lui, donne un tout autre récit de cet événement :

Sabinumque et reliquos Flauianos nihil iam metuentis ui subita in Capitolium compulit succensoque templo Iouis Optimi Maximi oppressit, cum et proelium et incendium e Tiberiana prospiceret domo inter epulas. (Suet., Vit. 15.5)

et, attaquant par surprise Sabinus et le reste des flaviens, qui n’avaient désormais aucune crainte, les fit acculer sur le Capitole et écraser après qu’on eut mis le feu au temple de Jupiter Très Bon Très Grand, tandis qu’il assistait depuis le palais de Tibère à la fois au combat et à l’incendie, entre les plats.

Comparé au texte de Tacite, le parti pris de Suétone est évident. Tout d’abord, la perspective a changé : on n’est plus au niveau de l’action elle-même, mais à celui de la prise de décision, à l’écart. Dès lors, il ne s’agit plus des actions de deux groupes armés, mais de celles de Vitellius lui-même, sujet des verbes compulit, oppressit et prospiceret, même s’il est évident que les deux premiers désignent des actions accomplies sur ses ordres (d’où ma traduction par « fit acculer et écraser »). Grammaticalement parlant, il n’entretient aucun lien avec l’ablatif absolu succenso templo (littéralement « le temple ayant été incendié »), d’où ma traduction par « après qu’on eut… », sinon on aurait eu un participe apposé de type succendens, « ayant fait mettre le feu ». Suétone se garde donc bien d’affirmer que c’est lui qui a fait mettre le feu au grand temple de Jupiter, sans doute parce qu’il avait bien conscience qu’on mettait plutôt en cause les flaviens, comme le rapporte Tacite. Mais le contexte sémantique est tel qu’on ne peut qu’en conclure que Vitellius est responsable de la catastrophe, si on ne connaît pas la version des Histoires.

« L’ombre » de Néron

C’est ici qu’un autre élément est intéressant : Vitellius est présenté comme assistant à l’incendie en spectateur (Suétone utilise le verbe prospicere, qui vient de la même racine que le mot spectaculum), tandis qu’il se livre à son « passe-temps » préféré : manger. Il est en effet dépeint par mes deux auteurs comme un glouton, ne pensant qu’à ce qu’il va bien pouvoir dévorer. Ce trait, à mon avis, dérive du stéréotype du soldat, mais peut avoir aussi un fondement historique, étant donné les difficultés financières de Vitellius avant sa proclamation (cf. Suet., Vit. 7.3-4).

Or qui est tristement fameux pour avoir contemplé un incendie à Rome en se livrant à son passe-temps préféré ? Néron, bien sûr ! Voici comment Suétone décrit son comportement pendant le grand incendie de 64 :

Hoc incendium e turre Maecenatiana prospectans laetusque « flammae », ut aiebat, « pulchritudine », Halosin Ilii in illo suo scaenico habitu decantauit.

Assistant à cet incendie depuis la tour de Mécène et réjoui, comme il disait, « par la beauté de la flamme », il chanta d’un bout à l’autre la Prise de Troie, dans son célèbre vêtement de scène.

La similitude entre les deux épisodes va jusqu’au point élevé depuis lequel les deux empereurs contemplent les flammes, le palais de Tibère, sur le coin du Palatin le plus proche du Capitole, pour Vitellius, la tour qui se trouvait dans les jardins de Mécène, sur l’Esquilin, pour Néron. Suétone va même jusqu’à utiliser des verbes très proches, prospectare et prospicere.

Néron comme stéréotype

Ce rapprochement est très intéressant, car il montre bien ce que le personnage de Néron devient assez rapidement (Suétone écrit au début du IIème siècle, soit une cinquantaine d’années après sa mort). Le passage ci-dessus de la Vie de Vitellius ne dit pas explicitement « Vitellius était un nouveau Néron et a lui aussi mis le feu à Rome », il réutilise des éléments communément associés au comportement de Néron pendant l’incendie de 64 : la contemplation des flammes comme au spectacle, l’indifférence face à ce qui est en train de se passer et l’attention uniquement tournée vers une passion personnelle. Néron n’est pas utilisé ici comme figure historique (et ce d’autant plus que sa responsabilité dans le Grand Incendie est elle aussi, au moins en partie, une construction : il faudra sans doute que je fasse un billet à ce sujet), mais comme support du stéréotype de pire empereur possible. Il est sorti de son contexte temporel pour devenir un modèle historiographique. Néron n’est plus Néron, dans ce passage, mais une abstraction, utilisée par Suétone pour noircir Vitellius.

Voilà sur quoi je travaille en ce moment. Beaucoup d’études ont été menées sur la représentation de Néron, mais je n’ai jusque-là rien trouvé qui corresponde à cela, même si, par exemple, les travaux sur le devenir de cette figure (chez les chrétiens, en particulier) entrent en partie dans ce cadre. Mais, surtout, je pense que le même procédé a été appliqué à la figure d’Auguste, devenu stéréotype de l’excellent empereur tout comme Néron est celui du pire. C’est sur ce sujet que portera la communication que je ferai à Rome, fin novembre.

[1] Asylum : creux entre les deux sommets du Capitole, où Romulus était censé avoir fondé un refuge.

(image à la une : buste de Néron jeune datant d’environ 55, Musée du Capitole, Rome)

Edit (02/11/14) : par hasard, le numéro des Neronia electronica avec l’article où je commence à présenter l’exemple de Néron vient de sortir. Si vous êtes intéressé, il est disponible ici, p. 70 à 78.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *