Le « paradoxe » cicéronien

Avant de parler de mes recherches en elles-mêmes, il me paraît intéressant de d’abord présenter la façon dont les Romains envisageaient l’histoire. En effet, aborder l’historiographie romaine comme l’historiographie actuelle, c’est-à-dire en termes de recherche de documents et témoignages, tentative de reconstitution aussi proche que possible de la vérité historique ou encore questionnements globaux sur la politique, l’économie, la sphère privée, etc., conduit à se fourvoyer grandement. La conception romaine est très différente de la nôtre, même si cela ne signifie pas que certaines de ses pratiques ne peuvent pas s’en approcher.

Les règles de l’écriture de l’histoire selon Cicéron

Le meilleur exemple de cela est le cas très connu de Cicéron. Le célèbre orateur n’a pas écrit d’ouvrages d’histoire, mais il a réfléchi à la question dans le De Oratore, un traité sur la pratique de la rhétorique, écrit en 55 avant notre ère. Le simple fait que l’écriture de l’histoire soit abordée dans ce type d’oeuvre est déjà révélateur : rédiger un récit historique est, pour les Romains, un prolongement de la pratique de la rhétorique comme orateur. Pourtant, Cicéron y tient des propos qui pourraient facilement s’appliquer à des historiens actuels :

Nam quis nescit primam esse historiae legem, ne quid falsi dicere audeat ? Deinde ne quid ueri non audeat ? Ne quae suspicio gratiae sit in scriuendo ? Ne quae simultatis ? Haec scilicet fundamenta nota sunt omnibus (Cic., De Or. II 62)

En effet, qui ignore que la première loi de l’histoire est de ne pas oser dire quelque chose de faux ? ensuite, de ne pas oser ne pas dire quelque chose de vrai ? qu’il n’y ait aucun soupçon de recherche de faveur dans l’écriture ? aucun de haine personnelle ? Assurément, ces principes sont connus de tous

À lire rapidement ces quelques phrases, on comprend qu’il ne faut pas mentir, dire toute la vérité et rester impartial. Mais la formule cicéronienne ne quid + génitif dicere audeat est étrangement gauche et contournée : pourquoi ne pas avoir écrit, tout simplement, ne mentiatur, « de ne pas mentir », et ut omnia uera dicat, « de dire toute la vérité » ? En outre, pourquoi insister tant sur la question de l’impartialité, avec là aussi une double formule ne quae suspicio + génitif sit ?

En étudiant ce passage dans Rhetorics in Classical Historiography (Londres, 1988), A. J. Woodman s’est rendu compte que, pour Cicéron, le contraire de la vérité, uerum, n’est pas tant le faux, falsum, au sens où nous l’entendons nous, mais le mensonge comme effet du préjugé, qu’il soit positif (gratia) ou négatif (simultas). En d’autres termes, pour Cicéron (et, manifestement, pour l’ensemble des Romains cultivés de son époque, puisque ces « lois » sont présentées comme évidentes pour tous), le contraire de la vérité n’est ni le mensonge, ni la fiction, mais le préjugé.

Écriture de l’histoire et inuentio rhétorique

Woodman continue en étudiant le paragraphe suivant :

ipsa autem exaedificatio posita est in rebus et uerbis : rerum ratio ordinem temporum desiderat, regionum descriptionem ; uult etiam, quoniam in rebus magnis memoriaque dignis consilia primum, deinde acta, postea euentus exspectentur, et de consiliis significari quid scriptor probet et in rebus gestis declarari non solum quid actum aut dictum sit, sed etiam quo modo, et cum de euentu dicatur, ut causae explicentur omnes uel casus uel sapientiae uel temeritatis hominumque ipsorum non solum res gestae, sed etiam, qui fama ac nomine excellant, de cuiusque uita atque natura ; uerborum autem ratio et genus orationis fusum atque tractum et cum lenitate quadam aequabiliter profluens sine hac iudiciali asperitate et sine sententiarum forensibus aculeis persequendum est. Harum tot tantarumque rerum uidetisne nulla esse praecepta, quae in artibus rhetorum reperiantur ? (Cic., De Or. II 63)

par ailleurs la construction du texte réside dans les faits et les mots utilisés : la disposition des faits demande un ordre chronologique, une description des lieux ; elle exige aussi, puisque, à propos de hauts faits dignes de mémoire, on attend d’abord les projets, ensuite les actions, après les résultats, à la fois qu’à propos des projets soit indiqué ce que l’auteur affirme et que, dans la partie sur les actions entreprises, soit montré clairement non seulement ce qui a été fait ou dit, mais aussi comment ; et quand on parlera des résultats, il faut qu’on déploie comme causes non seulement toutes les actions dues soit au hasard, soit à la sagesse, soit à la témérité, soit aux hommes eux-mêmes, mais aussi qu’on aborde la vie et le caractère de chacun de ceux qui se distinguent par leur réputation et leur nom ; par ailleurs, il faut  s’attacher à la disposition des mots et un genre de discours abondant et ample, qui coule avec une certaine douceur, mais sans l’âpreté judiciaire bien connue et sans aiguillonner les phrases comme sur le forum. Vous semble-t-il qu’il n’y ait là aucun précepte portant sur ces éléments si nombreux et importants qu’on trouve dans les traités de rhétorique ?

Là encore, à première vue, rien qui ne satisfasse les exigences actuelles en matière d’écriture de l’histoire : suivre l’ordre chronologique, décrire les lieux où se passe l’action, chercher les causes (hasard, comportement humain, etc.), présenter les protagonistes, etc. Mais, là encore, Woodman intervient en faisant remarquer que tous ces préceptes correspondent, en rhétorique, à la phase d’inuentio, c’est-à-dire au moment où il s’agit pour l’orateur « d’étoffer » son récit, afin de présenter les faits de la manière qui serve le plus son objectif et de provoquer chez son lecteur / auditeur l’effet voulu. De fait, à la fin de ce passage, Cicéron fait le lien entre toutes ces tâches et les consignes données dans les traités de rhétorique. Il n’envisage donc pas la rédaction d’un récit historique en termes de présentation d’un certain nombre d’éléments de contexte ou d’explication, mais en termes de tactique rhétorique pour convaincre le lecteur / auditeur de la justesse du tableau et de l’interprétation présentés.

La « zone grise »

En conséquence, on ne s’étonnera plus de le voir écrire à Luccéius, un poète dont il voudrait qu’il rédige l’histoire de son consulat (et le simple fait qu’il s’adresse à un poète est, en soi, significatif), les phrases suivantes :

Itaque te plane etiam atque etiam rogo ut et ornes ea uehementius etiam quam fortasse sentis et in eo leges historiae neglegas gratiamque illam […], si me tibi uehementius commendabit, ne aspernere amorique nostro plusculum etiam quam concedet ueritas largiare. (Cic., Ad Fam. V 12.2-3)

C’est pourquoi je te prie clairement encore et encore à la fois de mettre mes actions en valeur, même avec un peu plus de vigueur que tu n’en ressens peut-être, et, sur ce point, de négliger les lois de l’histoire et, cette grâce […], si elle me recommande à toi avec un peu trop de vigueur, de ne pas la mépriser et de donner à l’affection que tu as pour nous même un tout petit peu plus généreusement que ne le concédera la vérité.

Pendant longtemps, ce passage a été considéré comme une « prise en flagrant délit » de Cicéron, qui semble un hypocrite caractérisé par rapport à ce que nous venons de voir. Pourtant, ce passage est tout autant une manifestation de la conception romaine de l’histoire que celui du De Oratore ; bien plus : les deux sont cohérents.

Ce que demande Cicéron à Luccéius, en effet, et qu’il développe dans la suite de la lettre, c’est de déployer tous ses talents en matière d’inuentio. Écrire un ouvrage historique digne de ce nom, ce n’est pas s’en tenir à une liste de faits, succincte et austère : on ne produirait alors pas de l’histoire, mais des annales, ces anciens recueils où les faits remarquables étaient notés, apparemment avec brièveté. Il faut donc développer le sujet qu’on a choisi et le développer de manière à le rendre agréable à lire (d’où l’allusion à la grâce du style de Luccéius et, dans le De Oratore, les remarques sur le style à adopter).

Cicéron demande ainsi à Luccéius de bien vouloir présenter les faits de manière à ce qu’il tienne vraiment le beau rôle. Il ne s’agit pas de mentir, mais d’enjoliver, de développer certains points, d’insister sur certains aspects plutôt que d’autres. On est donc dans une sorte de zone grise, entre historique et littéraire, réel et fictionnel, vrai et mensonger, sans jamais être ni totalement d’un côté, ni totalement de l’autre.

Bien sûr, tout cela correspond à une conception bien particulière du passé, de son utilité en particulier, dont je parlerai une autre fois.

(image à la une : buste de Cicéron, Musée du Capitole, Rome)


Une réflexion au sujet de « Le « paradoxe » cicéronien »

  1. Quel suspens! j’ai hâte 🙂 pour ma part, je m’intéresse à l’historiographie de l’antiquité depuis que j’ai lu le livre de John Winkler « Désir et contraintes en Grèce ancienne » qui m’avait totalement passionné, ainsi qu’un livre d’entretiens avec Florence Dupont, « L’antiquité, territoire des écarts » (je précise que je n’ai pas du tout de formation en histoire, j’ai fait philo puis psycho. J’espère donc que tu me seras reconnaissante de ce commentaire^^) Je trouve ton article très pédagogique, ce qui laisse bien augurer de la suite… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *