De la fin de thèse comme incitation à l’ouverture d’un blog scientifique

Quand j’ai fini de rédiger ma thèse, il y a environ un mois, je m’attendais à une longue période de « jachère », en attendant le jour de la soutenance. Il n’en est en fait rien. Tout d’abord, régler les dernières questions administratives s’est révélé étonnamment prenant ; ensuite, j’ai été prise à un colloque qui aura lieu à Rome deux semaines avant et j’ai postulé à une journée d’étude en mars. Je suis donc passée de la rédaction de thèse aux recherches préparatoires pour des propositions de communication ; j’élabore l’une d’elles en ce moment même.

Je me suis ainsi assez vite rendu compte que la fin de la rédaction ne signifiait pas que mon cerveau avait cessé de réfléchir à mes thèmes de recherche. Bien au contraire : je continue à me poser des questions, à lire des articles et à essayer d’intégrer tout cela dans ce qui compose à présent ma thèse écrite. Ce sont des sujets annexes, de nouveaux développements et il est très frustrant de ne plus pouvoir me dire : « Ça, je vais le mettre dans cette partie / ce chapitre / en note de bas de page, etc. »

J’ai donc décidé d’ouvrir ce blog, afin de pouvoir continuer à écrire au fur et à mesure de l’avancée de mes recherches. J’ai besoin d’un autre cadre et la formule de blog me paraît idéale : elle permet en effet de présenter aussi bien des remarques succinctes suscitées par telle ou telle lecture que des réflexions plus poussées. Je pourrai aussi présenter plus généralement les pratiques et les conceptions romaines en matière d’historiographie.

Autre précieux avantage : la plateforme Hypothèses permet de rendre tout cela public et donc de partager mes questionnements et mes résultats avec d’autres chercheurs : c’est un échange plus formalisé qu’une discussion informelle, mais moins qu’un article ou une communication. Or je suis tout à fait consciente de la fécondité des échanges « trans-sujet », pour la bonne raison que l’étude de l’écriture de l’histoire m’amène à lire des travaux d’historiens, de linguistes, de philosophes et, parfois, de sociologues. Par conséquent, n’hésitez pas à commenter, quelle que soit votre discipline, je vous en serai très reconnaissante !

(image à la une : détail de la Maison des Vestales, sur le Forum républicain à Rome)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *